Pays de Cornouaille : le grand démembrement ?

Le délitement du Pays de Cornouaille semble se confirmer. En janvier 2017 la nouvelle intercommunalité de Pleyben-Châteaulin-Porzay préférait se tourner vers le Pays de Brest, refroidie par le peu d’enthousiasme manifesté par le président du Pays de Cornouaille à l’accueillir. Aujourd’hui, Quimperlé communauté engage un rapprochement avec le Pays de Lorient,  et projette de travailler dès 2018 avec les agences d’urbanisme et d’énergie de ce dernier. Il s’agit visiblement d’une étape vers une intégration future au Pays de Lorient.

Ici encore la vision politique du président de la Cornouaille est un facteur déclenchant. Le président de Quimperlé communauté met en avant la volonté de Ludovic Jolivet  de créer un pôle métropolitain autour de Quimper,  préfigurant une grosse agglomération autour de Quimper.

Lire la suite de « Pays de Cornouaille : le grand démembrement ? »

Publicités

Des ordures ménagères à la gestion des finances publiques

Lors du dernier conseil communautaire, j’ai voté, comme Daniel Le Bigot, contre la délibération n°16 portant sur un marché public relatif aux déchets ménagers.

La communauté a vu le volume des déchets diminuer fortement en raison du tri sélectif, de la présence de composteurs chez nombre de particuliers, des efforts aussi  de certains industriels sur les emballages ; elle veut  donc réduire  la collecte à un passage hebdomadaire.  C’est une situation très positive : elle découle de l’efficacité du travail de la communauté et de l’engagement des citoyens qui modifient leurs usages.

La délibération porte sur deux points : l’enquête et la distribution de conteneurs. L’étonnement vient de l’enquête.  Elle n’est pas un préalable à la décision de réduction de la collecte, celle-ci est déjà prise. Elle n’a pour but que de définir le type de conteneur désormais nécessaire par  foyer pour y accumuler les sacs poubelle de la semaine. On peut alors estimer que le coût de l’enquête est démesuré par rapport à ses objectifs (10,43€ HT par « producteur de déchets » à multiplier donc par les 24000 foyers de la collectivité). D’autres moyens pouvaient être  employés, sachant que le critère principal de la taille du conteneur est le nombre de personnes présentes au foyer : courriers, mails, voire passation du questionnaire lors du dépôt des sacs jaunes.

Lire la suite de « Des ordures ménagères à la gestion des finances publiques »

L’augmentation du nombre d’élues à l’assemblée passe par l’acceptation de candidates novices en politique

Dans la polémique actuelle sur l’incompétence de candidats En Marche novices en politique, les femmes sont spécialement visées. Pourquoi ?  C’est mathématique : la République En Marche est le parti qui présente le plus de femmes (51%), et cela, à l’inverse des mauvaises habitudes d’autres partis,  autant dans des circonscriptions gagnables que pour les hommes. Or le petit nombre de femmes élues à l’assemblée (26% pour le dernier mandat) fait que le nombre de femmes sortantes est de beaucoup inférieur à celui des hommes sortants. Il y a donc nettement plus de candidates sans passé politique que de candidats.

Ces femmes ne sont pas pour autant sans expériences ni compétences. Elles les ont eues dans des domaines professionnels, associatifs. Mais souvent elles n’ont pas l’habitude des plateaux télés et des débats contradictoires avec des adversaires aguerris. On a beaucoup glosé, et de façon très condescendante,  sur quelques candidates que ces circonstances ont tétanisées. Mais on commet l’erreur de confondre l’aisance orale et la connaissance des codes des médias avec le sérieux et la compétence.

Lire la suite de « L’augmentation du nombre d’élues à l’assemblée passe par l’acceptation de candidates novices en politique »

En marche pour une Europe réenchantée

Il y a un an, le 9 mai 2016, le Front Démocrate/UDE 29 et le cercle Albert De Mun organisaient, en cette « journée de l’Europe » qui commémore le discours de Robert Schuman (9 mai 1950) annonçant la création de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (Ceca), une conférence-débat intitulée : » L’Europe en danger ? » .
S’y étaient exprimées nos inquiétudes face à la montée de l’euroscepticisme et des populismes, face aux crises grecques et à la menace de Brexit que devait confirmer le référendum du mois de juin, face aux dissensions sur les réponses à apporter au drame des réfugiés et à la remise en question de l’espace Schengen. Nous y exprimions aussi l’espoir de voir réenchanter l’idée européenne.
 
Un an plus tard, un candidat, maintenant président, Emmanuel Macron,  qui a commencé tous ses meetings et son discours du Louvre par l’hymne européen,  nous met en position de sauver l’Europe et de l’imaginer comme une solution et non plus un problème. Qu’il en soit remercié.

Quimper, Etats Généraux des politiques publiques : une consultation « pour de rire »?

J’ai assisté vendredi  à l’atelier citoyen organisé à la MPT de Kerfeunteun dans le cadre des Etats Généraux des politiques publiques.  Les élus d’opposition n’étant pas conviés,  je l’ai fait après m’être inscrite comme tout citoyen.

Ces ateliers posent des questions de forme et de fond.

De forme d’abord : le terme d’atelier est dévoyé ; la séance ne comportait ni débat ni travail de construction mais consistait en une sorte  de sondage, plutôt sympathique d’ailleurs,  dont la passation se fait en commun dans un temps et  un lieu donnés, ce qui permet  au  Monsieur Loyal de lire au public la plupart des remarques griffonnées sur les papiers par les participants.  Mais ce sondage aurait pu tout aussi bien se réaliser sans présence physique : la suite du sondage s’effectuera d’ailleurs  numériquement ; il s’agira d’attribuer une note de 1 à 10 à chacune des propositions.

Lire la suite de « Quimper, Etats Généraux des politiques publiques : une consultation « pour de rire »? »

Se rassembler pour la démocratie et le progrès

 

L’alliance annoncée entre François Bayrou et Emmanuel  Macron est une excellente nouvelle. Francois Bayrou fait preuve de responsabilité devant la possibilité d’une élection de Marine Le Pen que renforcerait un éparpillement des votes.

Ajoutée au soutien de François de Rugy, avec dans son sillage des élus UDE comme François Michel Lambert  porteurs d’une écologie positive, pragmatique,  elle participe à une dynamique de rassemblement  des forces progressistes du pays  que le Front Démocrate/UDE a toujours préconisé

Il y a urgence en effet à s’extirper des conservatismes de tous bords.  Devant les questions économiques, sociales, environnementales  posées à la nation,  la priorité est de  chercher des réponses pertinentes,  efficaces  pour les citoyens français avant de se demander si elles sont de gauche ou de droite.

Seuls  ce rassemblement et la formation  ensuite d’un gouvernement de coalition comprenant des centristes, socialistes et écologistes etc   engagés sur ces priorités   pourront  éviter de basculer dans des extrémismes mortifères pour la démocratie.

Le début de la fin pour la Cornouaille ?

 C’est un délitement du Pays de Cornouaille qui s’amorce avec le choix de la nouvelle communauté de communes de Pleyben-Chateaulin-Porzay d’adhérer au Pays de Brest. Cette décision  est, selon ses élus, motivée par « le peu de considération » du Pays de Cornouaille à leur égard.  C’est malheureusement symptomatique de l’attitude de son président, Ludovic Jolivet. Comment en effet convaincre ses interlocuteurs quand on ne croit pas soi même au projet cornouaillais ? Comment impulser une dynamique quand on en est encore à  s’interroger sur l’identité cornouaillaise ? En fait Ludovic Jolivet est sur une position de repli : la re-création du Pays de Quimper sous la forme d’une communauté  d’agglomération  élargie à Fouesnant et Concarneau. Mais d’une part ce qui était une dimension pertinente il y a 25 ans quand il n’y avait ni communautés de communes ni métropoles, ne l’est plus dans le contexte d’aujourd’hui. On ne refait pas l’histoire. D’autre part les unions quelles qu’elles soient ne se décrètent pas à coups de fouet ou dans la condescendance. Ces méthodes doivent laisser place à  une volonté politique affirmée de créer un avenir cornouaillais et à un dialogue constructif et respectueux avec les autres communautés. Faute de quoi nous risquons d’aboutir à une Cornouaille exsangue où les communes de l’est cornouaillais seront plus convaincues par le dynamisme du Pays de Lorient que par le laisser aller des instances dirigeantes cornouaillaises.